Allez, je fais tomber l’horrible suspens qui t’a pris à la gorge, toi pauvre lecteur, en jetant un œil innocent et rapide sur ce blog : je vais te révéler mon identité secrète.

L’auteur de ce blog hétéroclite et éclectique (comme Nathalie, exemple ci-joint)…

C’est moi (oh surprise !) : Pauline, 28 ans et toutes ses dents (ou presque), journaliste itinérante et blogouilleuse débutante.

Ayant trop mangé de westerns spaghettis dans mon enfance, j’ai une vision du monde largement influencée par le grand Confucius de l’Ouest sauvage, Clint de son petit nom :

En tant que journaliste, je me situe plutôt dans la deuxième catégorie (ci-avant évoquée) : je creuse. Professionnelle de la pelle et du marteau piqueur, j’aime creuser sur différents terrains : culture, société, politique, et la transcendance sinusoïdale inversée (bon d’accord ça n’existe pas…).

Mais pourquoi ce nom de blog bizarre (oui j’ai dit bizarre, comme c’est bizarre !) ? Que signifie « Le grand Shiva rit » ?

Démystifions ce titre, voulez-vous ?

1) Non je ne me prends pas pour la déesse Shiva, d’ailleurs même en essayant très fort (et malgré les progrès de la science) je n’ai que deux bras [1].

2) Shiva ne rit pas, Shiva n’est pas comme ça.

3) Il peut m’arriver de me prendre au sérieux, mais ça c’est parce-que je suis journaliste (siouplai !).

4) Je ne dévoile rien : en plus d’être une déesse, Shiva est aussi un modèle « hyper complexifié » de journalisme . En fait, le journaliste Shiva est la wonder woman (ou le wonder man) du journaliste : un bras pour la caméra, un autre pour le magnéto, un troisième pour l’ordinateur… Avec une réserve (quand même), apparemment ils (les grands théoriciens de ce nouveau dieu de la Presse) n’ont pas prévu de bras pour la tasse à café (essentielle dans notre métier : pas de papier sans café!). Donc le journaliste Shiva est hyper connecté, hyper polyvalent, hyper hyper et tralala.

5) Oui, je l’avoue : « Le grand shiva rit » est un jeu de mot (hasardeux) avec le grand charivari (ah, d’accord c’est pour ça, elle est bizarre dis donc cette fille !). Pourquoi charivari ? Et bien c’est tout simple : comme moi ce blog risque de partir un peu dans tous les sens. Il y aura du bruit, du texte et des images. La lecture de mes articles ou l’écoute des sons de ce blog pourraient occasionner, dans de très rares cas, au choix : des rires, des pleurs, de l’incompréhension, de la peur, de l’ennui (toutes mes excuses)… Ne vous effrayez pas, ce sont là des effets secondaires normaux. Par ailleurs, si cette présentation peut vous paraître un « chouilla » étrange voire peu sérieuse, apprenez qu’il m’arrive de l’être (sérieuse). Après tout, personne n’est parfait !

Voilà, voilà !

Bon, puisque vous savez tout maintenant (ou presque), je vous remercie de votre visite. La prochaine fois, on s’appelle, on se fait une bouffe.

Surtout n’hésitez pas à me laisser des commentaires. Même Shiva peut faire des erreurs. Et moi, comme je n’ai que deux bras, ma propension à dire des bêtises est statistiquement multipliée par quatre.

Merci, M’sieurs Dames et à bientôt

Pauline Creusat

[1] Techniquement le dieu hindou qui a le plus de bras c’est Vishnou. Mais ne créons pas de discordes entre ces joyeux lurons.

Dans la tête

Stats du Site

  • 27,476 visites
Follow Le Grand Shiva Rit on WordPress.com